Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La couronne du Serpentaire

Publié le par Fabien Maisonneuve

Urzil rentrait dans le sanctuaire des Vestales du Destin, seul laissant son armée derrière lui.

Il faisait face, sur la grande esplanade à la grande prêtresse. Derrière elle se tenaient, en rangs, les mille drapés des vestales. Elles étaient toute comme elle, altières et élancées.

Urzil les contempla un instant de trop pour ne pas lancer le premier trait qui éveilla des paroles chez leur représentante.

- Eh bien! Quand vous serez prêts, nous commenceront. Vous appréciez nos lois?

- Elles ne sont pas accomodantes. J'ai une armée de mercenaire...

En se baissant de côté, la tête un peu dans les épaules, la grande prêtresse s'exprima:

- Vous avez eu tout loisir de dévaster ce pays ancestral, ne demandez pas au destin plus que cela. Les askyas sont encore là. Vous pourriez le regretter. Nous vous accordez la couronne si vous ne touchez à aucune d'elle nous, et cela ad vitam.

Urzil se garda pour lui sa curiosité dans une retenue possédée.

Il n'avait jamais connu de limites à ses aspirations. Ce n'était pas vraiment à ses mercenaires qu'il pensait.

- Nous ferez vous cependant l'honneur d'un spectacle?

- Vous verrez de vos yeux ce que ces femmes que nous sommes apprennent de l'énergie. Jadis nous avons été interdites de magie, et de nombreuses kahina attendent la voie. Nous pourrions nous arranger? Qu'en pensez-vous?

Alors qu'Urzil s'abîmait dans ses pensées, la chanson qui résonnait en lui le ramena à sa réalité. Il ne pouvait décemment pas laisser se perpétrer un affront dans le temple de Bardahût.

- En effet, cela pourrait être mutuellement profitable, qu'attendez-vous en retour?

- Pas de capitale à Makoth, ni à Atka'ab, mais dans une nouvelle cité.

- Mes conquêtes je m'en charge.

- Vraiment?

- ...?

 

Commenter cet article